10.11.2020 / Communiqués / / , ,

Votations du 29 novembre : les mots d’ordre du PDC Vaud

Réunis en assemblée virtuelle, les délégués du PDC Vaud ont clairement appelé au rejet de l’initiative pour l’interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre et laissé la liberté de vote concernant l’initiative pour des entreprises responsables.

En effet, a loi fédérale sur le matériel de guerre inclut déjà̀ une prohibition de financement direct de matériel de guerre interdit. Cela concerne notamment les armes nucléaires, biologiques et chimiques, ainsi que les munitions à fragmentation et les mines antipersonnel. De plus, l’initiative met en danger les avoirs de prévoyance de tous les Suisses et Suissesses avec des règles impraticables pour l’AVS et les caisses de pension, et de nombreuses PME seraient pénalisées, de manière arbitraire, par l’initiative radicale du Groupe pour une Suisse sans armée. L’indépendance de la BNS ne serait plus assurée, créant un risque majeur pour la stabilité des prix dans notre pays. Tout compte fait, c’est à l’unanimité que les membres du PDC Vaud pensent que les initiants ont choisi un mauvais instrument pour promouvoir la paix dans le monde, et que leur texte n’aura aucun des effets souhaités.

Concernant l’initiative pour des multinationales responsables, le résultat du vote a été plus serré. Cette initiative vise une évidence: les multinationales ayant leur siège en Suisse et leurs filiales doivent respecter les droits humains et les standards environnementaux dans le monde entier. Faute de quoi, elles doivent rendre des comptes. Néanmoins, pour la moitié des membres du PDC Vaud, qui ne conteste pas l’objectif honorable de l’initiative et le fait que les entreprises doivent prendre leurs responsabilités dans ces domaines, le contre-projet indirect représente un bon compromis, capable de rallier une majorité. Fondé sur le droit en vigueur, il assume clairement le principe de responsabilité et reprend nombreuses préoccupations des initiants. De plus, il jette les bases d’une solution coordonnée au niveau international et entre en vigueur automatiquement si l’initiative est rejetée, apportant une solution rapide.

C’est pourquoi, à l’issue d’un débat très nourri entre la Conseillère nationale vert’libérale Isabelle Chevalley et l’ancienne Conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christe, compte tenu des avis très partagés, le PDC Vaud a décidé de laisser la liberté de vote.