12.03.2019 / Communiqués / /

Pour le Centre, il est temps de siffler la fin de la récré !

Une élection devrait être une occasion de débattre et d’échanger sur les valeurs et les politiques, qui sont les socles de nos sociétés. Il apparaît que la campagne pour l’élection complémentaire au Conseil d’Etat se déroule sous des auspices différents.

D’une part on assiste à des attaques personnelles qui ne font pas honneur à notre démocratie et notre cohésion sociale. D’autre part, la mauvaise foi et l’hypocrisie durant cette campagne semblent avoir pris autant d’importance que le marketing et la publicité. Ni la candidate socialiste ni le candidat UDC n’ont amené d’idées nouvelles lors de cette campagne, et les deux camps s’efforcent de gommer les angles. Ceci conduit à la confusion chez les électeurs et laisse toute la place aux attaques personnelles.

A ce stade de la campagne, Axel Marion est le seul à avoir prouvé par ses déclarations et son comportement qu’il porte réellement et sincèrement une politique du compromis, construite sur des approches fortes et novatrices. Les attaques frontales auxquelles on assiste, que ce soit de la droite à l’égard de Mme Rebecca Ruiz ou de la gauche vis-à-vis de M. Pascal Dessauges, démontrent combien le fossé en cas d’élection de l’un de ses candidats sera insurmontable dans la configuration politique actuelle. La confiance entre les deux bords semble rompue. Ceci fait courir un risque sérieux à la bonne gestion du canton dans les prochaines années.

Selon Axel Marion, «il est temps de siffler la fin de la récré et renvoyer les enfants en classe. Les citoyens de ce Canton méritent d’être gouverné par des ministres rassembleurs qui mettent l’intérêt commun avant celui de leur famille politique». Le PDC et ses alliés s’unissent par conséquent derrière Axel Marion pour dénoncer la posture des candidats socialiste et UDC qui se posent en chantres du compromis, clament haut et fort vouloir le bien du Canton, mais ne défendent en vérité que leurs écuries respectives.

Selon Axel Marion, «l’époque du compromis dynamique entre Messieurs Maillard et Broulis est définitivement révolue. Les tensions économiques, sociales et écologiques grandissantes entrainent une polarisation de la politique qui est néfaste à la concordance. Seule l’élection d’un centriste permettra de fixer dans nos institutions une nouvelle formule magique qui entrainera l’équilibre et garantira par conséquent la prospérité».